AUFOURETOUT

L’Univers de Mamini

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 24 juillet 2008

Notre Dame de la Salette… 24 juillet, 2008

Classé dans : voyage — mamini @ 14:04

Notre Dame de la Salette... dans voyage 080525023704298822112866

embarquez les voyageurs, le départ est annoncé……

pour mieux situé l’endroit, vous pouvez regardez

la carte michelin en cliquant sur le lien

ci-dessous 080520105437298822090216 dans voyage

http://www.viamichelin.com/viamichelin/fra/dyn/controller/Cartes

                        080520110213298822090246

 

   En partant de Grenoble,

un arrêt au Château de Vizille  s’impose

   080523012242298822103435

Bastion de la Révolution, le château de Vizille vous ouvre ses portes.

Le domaine de Vizille comprend, au sein d’un parc de 100 hectares, une roseraie, des arbres centenaires, un manège de poneys, un petit train,
 un parc animalier (où cerfs, daims et chevreuils vivent en toute quiétude), et le château du Duc de Lesdiguières, construit au XVIIe siècle,
 qui abrite le musée de la Révolution Française.
Classé en 1832, château Inscrit en 1990, cour d’honneur, parc, maison et moulin mur de clôture Classé en 1991, cour d’honneur et parc.

080724022245298822308677

080724022212298822308675

Le château abrite depuis 1984 le Musée de la Révolution française.
Les collections rassemblent des œuvres et des objets d’art (peintures et dessins, sculptures, estampes), d’art décoratif (céramiques anglaises
et françaises, tapisseries, tissus, mobilier) et des objets historiques (pierres de la Bastille, sabres de la Garde nationale), aussi bien français qu’étrangers,
datant de la fin de l’Ancien Régime à la Troisième République.

En 1862, le château et son portail d’entrée ont été portés sur la liste des Monuments historiques. Divers propriétaires se succédèrent avant que le château ne devienne propriété de l’Etat en 1924 afin de sauver du démembrement ce haut lieu de l’histoire républicaine. Résidence d’été des Présidents de la République, il accueillit Gaston Doumergue, Albert Lebrun, Vincent Auriol et René Coty. Le Conseil Général de l’Isère acquit la propriété en 1971 et ouvrit en 1984 les premières salles du musée de la Révolution française.Le dernier Président de la République à y avoir séjourné était le Général de Gaulle et son épouse.

Laffrey. La route Napoléon

080724015812298822308595

Nous empruntant la route Napoléon « Laffrey »  route assez dangereuse, très sillonnée,

-A son retour de l’Ile d’Elbe, résolu à renverser la monarchie constitutionnelle de Louis XVIII, Napoléon décide de rejoindre Grenoble
depuis Grasse en traversant les Alpes, par Digne et Sisteron, évitant ainsi les troupes stationnées à Marseille. La route Napoléon retrace son parcours,
 jusqu’à son arrivée triomphale à Grenoble.

080724023111298822308715

A Laffrey, la statue équestre sculptée par Frémiet commémore le célèbre épisode de la Prairie de la Rencontre, au cours duquel les soldats du roi Le 7 mars 1815, piétinèrent leurs fleurs de lys et rallièrent la cause de l’empereur.

Moins connue, une modeste plaque fixée au mur du cimetière de Laffrey immortalise les paroles prononcées par l’Empereur dans la Prairie de la Rencontre : « Soldats, je suis votre Empereur. Ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà ! »

Le même jour et à quelques kilomètres de là, Napoléon reçoit le ralliement du Colonel Charles de la Bédoyère à la tête du 7e régiment de ligne de Chambéry.  


Ce fait d’armes qui va lui permettre d’entrer le soir même à  Grenoble puis de gagner Paris, est gravé  en lettres d’or sur un monument érigé à Tavernolles,
hameau de Brié-et-Angonnes.


Le jardin de ville, entre la place Grenette et les quais de l’Isère à était aménagé par Lesdiguières ( le protestant, appelé le renard des Alpes qui au XVIe  siècle est chargé par Henry IV de s’emparer de Grenoble ) lors de la construction de son hôtel entre 1595 et 1602 en bordure
 des fortifications de l’époque, c’est l’architecte Pierre La Cuisse qui sera chargé de concevoir les plans, le bâtiment en lui-même est plutôt sobre, avec de simples croisillons de pierre recoupant les fenêtres et un avant-corps central qui tient lieu d’ornementation principale, au XVIIIe siècle,
ces croisillons seront supprimés, soulignant ainsi l’axe principal, qui de l’horloge aux portes fenêtres cintrées en passant par le balcon à l’élégante ferronnerie, se prolonge dans le jardin.

 Il fit  Ancienne hôtel de ville de Grenoble  aménager un véritable jardin à la française,
sur différents niveaux parfaitement ordonnés, qui accueillent fleurs rares, jet d’eau en son centre une statue de Hercule, ( c’est le duc de Lesdiguières qui aurait posé pour la réalisation de la statue ? ) victime d’un accident, la statue avait certes été restaurée, mais avait rejoint le Musée de Grenoble, mais une copie en bronze de la statue originale à rejoint son socle, lui même restauré au milieu du petit jardin.
La Mure .

chemin de fer de la Mure

chemin de fer de la Mure

En 30 km d’une ligne spectaculaire perchée entre Vercors et Oisans, il gravit 560m de dénivelé, franchit 142 ouvrages d’art et permet de découvrir 2 des 7 merveilles du Dauphiné : le Mont Aiguille et la Pierre Percée.
Ce chef d’oeuvre architectural centenaire, forgé au son du canon en certains endroits, n’oublie pas les enfants grâce au tunnel mystérieux, une attraction poétique et magique !

Corps.  Ville juste avant  avec la montée vers Notre Dame de la Salette.

080724024754298822308763

CORPS : (937m d’Alt.). Entre l’Isère et les Hautes-Alpes, situé entre Grenoble et Gap ; surplombé par l’Obiou (2 790m) ; entouré des massifs du Dévoluy et des Ecrins. Nb d’habitants : env. 500. Chef-lieu de canton comprenant 13 Communes.

 

Village à l’allure médiévale, auquel il faut y ajouter la carte goûteuse des restaurants, ce pays est montagneux certes, mais pas seulement. Vous pouvez l’identifier à un refuge avec un arrêt obligatoire pour se refaire une santé ou à une oasis vitale pour pouvoir poursuivre votre route. Nous vous invitons à élever votre regard et à vous laisser guider entre les ruelles, passages et venelles du village de Corps. 

EGLISE St Pierre: L’Eglise fait partie du prieuré construit par des moines en 1654 qui comprenait : l’entrée, l’église, le cimetière et le cloître. L’entrée est de style roman. Le portail orné d’une mouluration de fines baguettes date du gothique et la fenêtre supérieure est de style gothique flamboyant. Le clocher est également gothique. L’intérieur de l’église est roman. A l’entrée deux BENITIERS en marbre qui datent du 19ème siècle. Deux chapelles latérales ornées de vitraux datant du 16ème :Le maître-autel est en marbre blanc décoré de mosaïques recouvertes de feuilles d’or. La table de communion et les colonnes sont en marbre noir extrait d’une carrière d’un village du Canton. Ce marbre a servi aux Invalides pour le socle du tombeau de Napoléon. 

APPARITION ND DE
LA SALETTE :
le 19 Septembre 1846, 2 enfants de Corps : Maximin GIRAUD et Mélanie CALVAT, déclarèrent qu’ils avaient vu
la Sainte Vierge sur la montagne de
La Salette.

Promenons-nous dans les rues de CORPS : 

Les Génoises : Typiques du Dauphiné. Elles se généralisent au début du 20ème siècle avec la surélévation des maisons et le remplacement du chaume par la tuile écaille. Ancêtres du chéneau, différentes sortes: simples, composées de plusieurs rangs de tuiles canal, alternance de briques et de tuiles canal, soulignées de modillons, corniches en ciment… 

Fenêtre à meneaux : Nombreuses, elles datent du 16ème siècle. Les meneaux plats apparaissent plus tardivement. 

Distillerie LA SALETTINA : Rue du Four : 

Maison de Maximin GIRAUD :Rue du Four :(Témoin de l’Apparition). Visite de la salle avec ses voûtes en épis, et dégustation de liqueurs à base de plantes de montagne.

 

En sortant, prendre sur la droite : petit passage surplombé de jambages qui permet de contourner la maison.

A voir fenêtre condamnée à meneaux ½ croisés. 

visite-tetesPlace GRENETTE : Vente de grains. La tour de
la place Grenette ou échauguette était une tour de guet. 

Les Echoppes : Témoignent d’un passé tourné vers le commerce. Certaines sont restées intactes.

Ancienne Gare de Corps face à l’actuelle gendarmerie. Elle n’a pas fonctionné longtemps, construite en 1932, elle a été désaffectée après
la guerre. Terminus du train qui venait de La Mure. 

Rue de l’HOPITAL : avec l’ancien Hôpital cerné d’un mur de protection : Une des plus vieilles maisons de CORPS. Un écusson est gravé sur le fronton du portail : « D’or à l’écusson d’azur en abîme chargé de 3 fleurs de lys du champ et accompagné de 8 tourteaux de gueules rangés en orle ». 

Têtes Moyenâgeuses situées Grand’rue : façade est ornée de sculptures moyenâgeuses. Représentant un bélier, un sanglier et un frère lai.

 

Maison Napoléon Grand’rue : Napoléon, à son retour de l’île d’Elbe le 6 Mars 1815, dormit à Corps dans cette bâtisse qui était autrefois une gendarmerie. Plaque commémorant son passage. C’est une maison bourgeoise du 17ème siècle. A voir côté jardin œilleton sur la partie supérieure de la façade.

 

Rue des FOSSES : pour améliorer la sécurité des remparts, un grand fossé a été creusé et a donné son nom à
la rue. Le fossé a été partiellement comblé pour tracer la rue, mais toutes les maisons côté Est ont la particularité d’avoir leur rez-de-chaussée plus bas que la chaussée. 


Rue PASSE-VITE :
Cette rue est réputée pour ses violents courants d’air, qui, l’hiver, n’incitent pas les passants à y flâner.

Maison de Mélanie CALVAT : (Témoin de l’Apparition). située Rue de la Côte face au lavoir. Mélanie est enterrée à Altamura (Italie) (1831-1904).

 

visite-jardinsQuartier LARA : Le plus ancien quartier de Corps, il doit son nom au ruisseau et constitue une des quatre portes d’entrées du village. (Passage de Napoléon).

Jardins : Vue sur les anciens remparts, les fortifications, le chemin de ronde, vestiges d’un bourg médiéval et sur le barrage du Sautet mis en eau en 1935. Endroit idéal pour sa construction à cause de l’étroitesse de la gorge (profil en V) au lieu-dit du Sautet qui vient du latin Saltus et signifie gorge rocheuse ou défilé forestier.

 

Deux rivières alimentent cette retenue : Le Drac et La Souloise. 

LE BARRAGE du SAUTET : Construit de 1930 à 1934 a été mis en eau le 16 Mars 1935, quand à l’usine hydro-electrique elle sera terminée en 1939. Ces travaux les plus importants dans la région, gigantesques pour l’époque ont bouleversé la physionomie et l’économie de la région.

Caratéristiques: Hauteur : 126m. Epaisseur à la base : 75m. Epaisseur du couronnement : 3m. Surface de la retenue : 3,48Km². Productivité moyenne annuelle : 176 000 000 de KWh.

LE PONT du SAUTET : Construit entre Juin 1927 et Août 1928 a été le premier pont, au monde, construit en béton armé.

  Nous arrivons à l’étape finale,

reposez-vous avant de grimper vers 

    Notre Dame de la Salette.

                           080711025834298822263281080724030400298822308783

Un petit café et quelques mignardises

     pour vous restaurer.

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 24 juillet 2008

Classé dans : melimelo — mamini @ 9:01

            BONJOUR

 080724091845298822307703

Après un bon petit déjeuner,

on peut entamer la journée.

Une musique pleine d’énergie

    écoutez …        080520105437298822090216

 Image de prévisualisation YouTube

La Brume

¨ Après la brume, vient la plume!

¨ Brume qui fuit au matin, beau temps certain!

                           080724092748298822307713

 

 
 

Mes 3 annèes avant 30 ans... |
mon existence est une campa... |
goelandsetpigeons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma Vie !!!!!!
| essais
| leduo