AUFOURETOUT

L’Univers de Mamini

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 septembre 2008

L’Automne 22 septembre, 2008

Classé dans : Thêatre/cinéma/musique/lecture — mamini @ 17:06

L'Automne dans Thêatre/cinéma/musique/lecture a11pns

Nous voici en automne, le paysage va commencer à être différent, un peu de la vie qui s’en va…

            C’est aussi 

la journée contre la maladie d’Alzheimer

gadagne17-08-2008.1222011117.jpgAujourd’hui c’est la journée mondiale contre la maladie d’Alzheimer, et j’allais presque l’oublier quand France Info me l’a rappelé ce matin. Alors j’ai écrit encore un de ces textes, avec trop de pathos, et j’ai décidé de ne pas le publier, pas aujourd’hui. A la place, voici une photo, c’est ma mère avec moi, cet été dans la maison familiale à Gadagne. Un des bons moments du séjour, lorsque ma mère découvre la webcam de mon ordinateur, et que nous nous amusons à faire passer la main devant la caméra, à bouger et à nous reconnaître sur l’écran. Les malades restent les mêmes qu’avant, juste un peu différents.

Jean-Paul Chapon

Vous pouvez soutenir l’association France-Alzheimer

Image de prévisualisation YouTube

   Paroles de Les Feuilles Mortes

   Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes                                                          

  Des jours heureux où nous étions amis.
  En ce temps-là la vie était plus belle,
  Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui.
  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
  Tu vois, je n’ai pas oublié…
  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
  Les souvenirs et les regrets aussi
  Et le vent du nord les emporte
  Dans la nuit froide de l’oubli.
  Tu vois, je n’ai pas oublié
  La chanson que tu me chantais.

                       {Refrain:

  C’est une chanson qui nous ressemble.
  Toi, tu m’aimais et je t’aimais
  Et nous vivions tous deux ensemble,
  Toi qui m’aimais, moi qui t’aimais.
  Mais la vie sépare ceux qui s’aiment,
  Tout doucement, sans faire de bruit
  Et la mer efface sur le sable
  Les pas des amants désunis.

  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
  Les souvenirs et les regrets aussi
  Mais mon amour silencieux et fidèle
  Sourit toujours et remercie la vie.
  Je t’aimais tant, tu étais si jolie.
  Comment veux-tu que je t’oublie ?
  En ce temps-là, la vie était plus belle

  Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui.
  Tu étais ma plus douce amie
  Mais je n’ai que faire des regrets
  Et la chanson que tu chantais,
  Toujours, toujours je l’entendrai !

                        {Refrain}

 

 
 

Mes 3 annèes avant 30 ans... |
mon existence est une campa... |
goelandsetpigeons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma Vie !!!!!!
| essais
| leduo