AUFOURETOUT

L’Univers de Mamini

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 septembre 2009

Voyage avec David Fray 10 septembre, 2009

Classé dans : Thêatre/cinéma/musique/lecture — mamini @ 16:53

Voyage avec David Fray  dans Thêatre/cinéma/musique/lecture 090910045610298824422280

 

Laissez votre esprit s’envoler et voyager avec cette musique sublime de Schubert que

David Fray nous intérprète à merveille.

Tout à fait à mon goût.( Dommage que la conversation est en Allemand !).

Image de prévisualisation YouTube

David Fray est un pianiste français né le 24 mai 1981 à Tarbes dans les Hautes-Pyrénées. Marié avec Chiara Muti.

Le disque de David Fray parait le 21 septembre en France.

Il sera en concert avec le programme de son disque le 23 sept. au Piano aux Jacobins à Toulouse,

le 16 oct. au Théâtre des Champs-Elysées.

David Fray Festival Piano Aux Jacobins 2009 en concert : En savoir plus

Piano aux Jacobins a été parmi les premiers festivals français à programmer David Fray dès 2006. Que de chemin l’ancien élève de Jacques Rouvier au Conservatoire de Paris a-t-il parcouru depuis ! Révélé à un large public par un film de Bruno Monsaingeon et un enregistrement de concertos de Bach, le jeune pianiste est à présent plongé dans l’univers schubertien.Et c’est au compositeur autrichien qu’il dédie l’intégralité d’un récital dominé par la magnifique Sonate Fantaisie D. 894SCHUBERT Allegretto en ut mineur, D.915 Klavierstücke n°2, Allegretto en mi bémol majeur, D.946 Six moments musicaux D.780, op.94 Sonate n° 20 en sol majeur « Fantaisie » op.78, D.894.

 
 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 septembre 2009

Arthur Rimbaud

Classé dans : citations/poèmes — mamini @ 9:34

Partant sur un autre sujet la Poésie :

Le nom « Rimbault  » me projète vers le poète Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud dans citations/poèmes 090908034017298824410017

Arthur Rimbaud (Jean Nicolas Arthur Rimbaud) est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes, et mort le 10 novembre 1891 à l’hôpital de la Conception à Marseille.
Son père, Frédéric Rimbaud, capitaine d’infanterie, en garnison à Mézières, a participé à la campagne d’Algérie, pour laquelle il est récompensé de la Légion d’honneur. À un concert donné place de la Musique à Charleville[1], il aurait remarqué Vitalie Cuif, une jeune paysanne de Roche, petite bourgade près d’Attigny et installée à Charleville. Marié très vite avec elle, il repartira avec sa garnison, ne revenant que quelques rares fois, le temps de lui faire un enfant quasi « annuel ». Après la naissance de cinq enfants (Frédéric, Arthur, Victorine (décédée à l’âge d’un mois), Vitalie et Isabelle), il abandonne sa famille.
Au départ du père, Vitalie emménage avec ses 5 enfants dans un taudis, rue Bourbon, une des plus misérables rues de Charleville, à l’époque. Arthur a alors 7 ans.
Sa mère, figure rigide et soucieuse d’éducation et de respectabilité, interdit ainsi à ses enfants de jouer dans la rue avec les enfants d’ouvriers. Le dimanche, on voit passer la famille à la queue-leu-leu, la mère fermant la marche vers l’église. Mais, dans ce foyer, Vitalie veille aussi sur ses enfants, et, si violente – et si naturelle – qu’ait été la révolte d’Arthur plus tard, c’est vers elle qu’il reviendra toujours, ou plus précisément auprès de sa sœur cadette Isabelle.

Arthur poursuit ses études à l’institution Rossat, puis au collège, où sa scolarité exceptionnelle montre sa prodigieuse précocité : il collectionne tous les prix d’excellence, en littérature, version, thème, et rédige avec virtuosité en latin des poèmes, des élégies, des dialogues. Mais son âme bout en lui :

En juillet 1869, il participe aux épreuves du Concours académique[2] de composition latine sur le thème « Jugurtha », qu’il remporte facilement. Le principal du collège M. Desdouets aurait dit de lui : « Rien de banal ne germe dans cette tête, ce sera le génie du Mal ou le génie du Bien. ». En obtenant tous les prix dès l’âge de 15 ans, il s’affranchit des humiliations de la petite enfance.

En 1870, alors en dernière année d’humanités, Rimbaud se lie d’amitié avec Georges Izambard, son jeune professeur de rhétorique qui est son aîné de seulement six années. Il devient une sorte de rempart contre la « mother », encore surnommée par Arthur « maman fléau » ou « mère rimbe », et surtout il lui prête ses livres, tel les Misérables de Victor Hugo, car le jeune Arthur s’est « reconnu poète

« L’enfant-poète » veut rejoindre Paris. Le 29 août 1870, quelques jours avant la bataille de Sedan, Arthur s’enfuit de Charleville en direction de Paris, où il veut devenir journaliste. Cette première fugue s’achève à la prison de Mazas, et s’ensuit un retour à Charleville, où sa mère lui flanque une volée mémorable au milieu du quai de la Madeleine, à côté de l’actuel musée Rimbaud. Mais ce n’est que le début d’une longue série de fugues, car Arthur est atteint d’un besoin maladif de marcher, encore et encore, pour aborder un autre monde par-delà les océans et les montagnes, toujours plus loin. On dira de lui : un « voyageur toqué 

Poème :    La jeunesse, premières proses (Un cœur sous une soutane, 7 mai)

Le soleil était encore chaud ; cependant il n’éclairait presque plus la terre ;
comme un flambeau placé devant les voûtes gigantesques ne les éclaire plus que par une faible
lueur, ainsi le soleil, flambeau terrestre, s’éteignait en laissant échapper de son corps de
feu une dernière et faible lueur, laissant encore cependant voir les feuilles vertes des arbres,les petites fleurs qui se flétrissaient, et le sommet gigantesque des pins, des peupliers et
des chênes séculaires. Le vent rafraîchissant, c’est-à-dire une brise fraîche, agitait les feuilles
des arbres avec un bruissement à peu près semblable à celui que faisait le bruit des eaux argentées
du ruisseau qui coulait à mes pieds. Les fougères courbaient leur front vert devant le vent.

Je m’endormis, non sans m’être abreuvé de l’eau du ruisseau.
1864

Pour lire la suite de sa biographie un clic sur le site ci-dessous:

 www.biographie.net/Arthur-Rimbaud

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 septembre 2009

La reprise

Classé dans : Non classé — mamini @ 9:00

La reprise 080523012435298822103452

On  dit que rien ne sert de ressasser ses soucis, ses ennuis !

ou encore :

Les difficultés qui nous assaillent sont parfois plus faciles à supporter si on les envisage d’une façon  positive.

Le raisonnement, simpliste,  est le plus souvent fondé sur la dérision.

090908043050298824410267

Pourquoi alors ne pas reprendre le chemin du blog et de recommencer

à écrire des articles, cela permet au moins de penser un peu plus positivement,

c’est ce que je vais essayer de faire.

MERCI  DE  VOTRE  SOUTIEN

Dimanche 6 septembre,dans la  matinée  pour me changer les idées

et me sentir un peu moins seule,

je suis allée à un petit (le premier) Festival de Peinture à Beauvoir sur Niort .

Ce festival était à voir au Moulin de Rimbault dans cette commune.

090908032751298824409940

090908032818298824409941
« Le Moulin de Rimbault ».

Où se situe-t-il exactement ?
Il se situe dans les Deux-Sèvres, à 17 km au sud de Niort à proximité du village de Rimbault,
à la lisière de la forêt de Chizé, à 1,5 km de Beauvoir sur Niort sur la D1 en direction de Chizé.

Quelles sont ses particularités ?
Sauvé in extremis, au début des années 70, seuls les murs étaient restés debout, entièrement restauré,
il a été durant plusieurs années le théâtre de magnifiques sons et lumières organisés par l’association
des amis du moulin, ce moulin qui était encore propriété privée il y a quelques années, a été racheté par

la commune de Beauvoir sur Niort.

Une matinée agréable mais sans plus, impossible de prendre vraiment goût à ce que je voyais

Il y avait de belles toiles, quelques unes très naives et d’autres plus élaborées, je me suis dit que peut être

l’année prochaine ou plus tard je pourrai m’inscrire à ce Festival   !!!!

et montrer quelques unes de mes toiles !

 

 
 

Mes 3 annèes avant 30 ans... |
mon existence est une campa... |
goelandsetpigeons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma Vie !!!!!!
| essais
| leduo